5 attitudes positives pour un bon entretien

Il y a autant de façons de conduire un entretien de recrutements qu’il y a de recruteurs. Certains se concentreront plus sur les activités sportives, d’autres sur l’enseignement reçu ou tout simplement sur l’expérience accumulée. Il y a pourtant certaines bases à connaître qui sont nécessaires pour partir du bon pied en entretien.

1) Sourire

On en rirait presque tellement c’est évident et pourtant c’est une chose qu’on oublie sitôt qu’on a passé le seuil du bureau du recruteur. Que ce soit à cause du stress ou de la concentration, il ne faut pas oublier de donner à la commissure de ses lèvres la bonne altitude. Attention aussi à ne pas trop en faire. D’autant plus que les recruteurs ne sont pas dupes et savent reconnaitre quand un sourire est forcé.

Le truc ? Se dé-ten-dre. Ne vous laissez pas impressionner et imaginez que vous êtes dans un bar ou dans tout autre endroit où vous vous sentez à l’aise. Sinon vous pouvez toujours pratiquer ce petit exercice.

2) L’écoute positive

Votre interlocuteur notera la moindre trace d’ennui et le moindre signe de manque de concentration. Essayez un maximum de ne pas relâcher votre attention, même si le recruteur commence à vous parler de sa passion du curling ou des chiffres de la section marketing de l’entreprise dans la période 95-96.

Le truc ? Poser de petites questions au fur et à mesure de son discours. Ce sera la preuve de votre intérêt. Si vous sentez que vous commencer à lâcher, prenez trois grandes inspirations pour vous réveiller.

3) La clarté du discours

Il n’y a rien de plus pénible qu’un candidat qui utilise une grande quantité d’acronymes pour parler de ses diplômes et de ses expériences « Oui j’ai d’abord passé un DRM (Diplômes à Résonnance Multiple) puis un LYCRA (Licence Yéménite et Cabalistique de la Région d’Ablaincourt) pour terminer par une BUSE (Brevet Universel de Sorcellerie Élémentaire) ».

Le truc ? Ayez en tête la fable du casseur de cailloux de Charles Péguy : deux personnes pulvérisent des pierres avec des masses. Le premier interrogé dit « Moi je casse des cailloux » le deuxième répond « Moi Monsieur je bâtis une cathédrale ». Essayez de montrer vers quoi tend votre parcours. Ne le récitez pas, racontez-le.

4) Sortir des sentiers battus

Recruter est une tâche très répétitive qui peut provoquer l’ennui assez facilement. Soyez plein d’initiative et amenez le recruteur sur des sentiers auquel il ne s’attendait pas.

Le truc ? Parlez de vos activités non professionnelles. Parler de ses passions est un très bon moyen de montrer sa motivation et sa personnalité.

5) La curiosité

Un entretien trop court est un entretien où le candidat n’a pas été assez curieux.

Le truc ? Montrez un véritable motivation à connaître l’entreprise dans laquelle vous allez rentrer. Quel est son chiffre annuel ? Quand a t-elle été créée ? Quels sont ses projets pour le futur ?
Bien sûr pour cela, essayez d’étudier un maximum le site internet de l’entreprise et retirez-en toute la substantifique moëlle.

[maxbutton id= »1″]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *