Dans les coulisses du télétravail

Peut-être qu’il vous est déjà arrivé de devoir, pour une raison ou une autre (neige paralysante, grève des transports, gros bouton purulent sur le nez, …), travailler de chez vous à un moment de votre vie.

Quand on parle de “home office”, on s’imagine tout de suite la belle vie : ne plus avoir à se miner le moral dans les transports qui sentent l’aigreur et la mauvaise humeur, travailler en pyjama Mickey et en pantoufles rembourrées, installé-e dans le canapé, avec la possibilité de se curer les dents sans gêne ou de chantonner du Patrick Sébastien en toute liberté … Mais il se peut que le télétravail ne soit pas si évident que vous ne l’imaginiez …

 

Seul-e au monde …

 

Qui dit “home office” dit “travailler seul”. Si certains apprécient justement ce côté vieux loup solitaire, avec personne autour d’eux pour les déranger, les déconcentrer, les épier ou pour leur raconter leur vie encore plus barbante qu’un dimanche après-midi au loto mensuel du club des retraités de Marcheprime, c’est parfois difficile de bosser seul.

Non pas que ne pas coller votre joue deux fois par jour contre la peau grasse et parfumée de vos collègues pour leur dire bonjour vous rend triste, mais il manque quand même une présence. Personne pour vous aider à prendre des décisions ou pour vous venir en aide, personne pour vous donner un avis sur un dossier, personne pour vous faire un petit sourire ou vous raconter une blagounette. Vous pourriez vous raccrocher à la présence de Patapon, votre adorable chat qui passe son temps à dormir près du radiateur quand il n’est pas en train de marcher de façon ingrate et condescendante sur votre clavier d’ordinateur, mais il n’est pas très loquace.

 

… mais le monde est petit

 

Car oui, vous êtes solo sans collègue, mais ça ne veut pas vraiment dire totalement seul-e (sans compter Patapon). Parce qu’être chez soi toute la journée, en plus d’avoir l’impression d’avoir les coutures du pyjama fossilisées dans la peau et le canapé greffé aux fesses, n’est pas de tout repos. Entre votre voisine qui se prend pour Patricia Kaas quand elle fait le ménage en pleine journée, la vieille propriétaire de l’immeuble qui passe vous faire signer des papiers que vous paraphez les yeux fermés – pourvu qu’elle se barre au plus vite avec son front si ridé que vous avez l’impression d’y lire “tu peux me filer le chèque du loyer en même temps pendant que j’y suis?”  (oui, elle a un grand front) – , le téléphone qui sonne pour vous vendre des fenêtres quadruple vitrage ultra moderne en contour anti-mouche, d’un nouveau forfait téléphonique pour 1,24euros/ mois avec SMS et appels illimités entre 2h et 3h45 du matin les jours fériés de pleine lune en année bissextile, ou encore une assurance décès top-moumoute de la mort qui tue.

 

En bref, le télétravail comporte de nombreux avantages tels que la liberté d’organiser son temps de travail, le confort, et le gain de temps (notamment celui qu’on perd dans les transports). Mais il est indispensable pour bien travailler chez soi de s’armer tout d’abord de motivation, de bien s’aménager un espace de travail, de savoir se donner soi-même des règles et délais à tenir, et le plus important, d’avoir une musique de fond genre « Openspace n°12 » ou « Symphonie des remarques désagréables de mon boss en Fa bémol  » pour ne pas se sentir dépaysé-e …

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *