La hiérarchie chez les chevaux … adaptée au monde du travail

hiérarchie

HIÉRARCHIE – Oui, tu as bien lu. On va bien te parler de poney, de hiérarchie et de vie de bureau dans un seul et même article. Si tu crois que tu es absolument aux antipodes de ces tonneaux à quatre pattes qui défèquent publiquement, saches que tu te fourvoies légèrement … Zoom sur la hiérarchie des chevaux adaptée au monde du travail …

La composition du troupeau

« Chaque cheval répond à son instinct de survie, qui lui commande de se fondre dans le troupeauIl se plie aux règles du groupe pour ne pas en être exclu, car l’exclusion est pour lui synonyme de danger. »

Dans ton cas, pour répondre à ton instinct de survie – et surtout pour obéir à tes parents – tu as du te faire une petite place dans la société. Tu as donc bûché à l’école pour te trouver un boulot. C’est là que commence notre petite étude éthologique au sein de l’entreprise.

« L’unité sociale des chevaux est le harem : un étalon, quelques juments, les poulains de moins de trois ans et parfois quelques jeunes. Ce petit groupe est maintenu en cohésion par une hiérarchie stable dont le chef est l’étalon. Il veille à ce que personne ne s’éloigne, surtout les juments qui pourraient se faire « récupérer » par un rival lors de leurs chaleurs. »

Dans une boîte, on ne va pas se leurrer, il y a encore très souvent ce système pyramidal : un-e boss, des managers, des exécutants, et parfois quelques stagiaires. Le/ la boss garde un oeil général sur toute l’équipe notamment sur ses disciples qui pourraient se faire « récupérer » par un rival sur Linkedin.

 

« La cohésion du groupe est renforcée par des échanges vocaux et des contacts physiques. Les chevaux communiquent entre eux par de brefs hennissements, des renâclements plus ou moins cordiaux. »

La cohésion d’une entreprise est renforcée par ses bonnes relations interpersonnelles, que ce soit au bureau ou par Skype. Tout le monde se salue, papote à la pause café ou se dit au moins bonjour.

 

« Quotidiennement, les chevaux se flairent, se lèchent, se grattent réciproquement, jouent ensemble. »

Au bureau, il y a toujours moyen de pécho.

 

« Des amitiés se créent, certains sont toujours ensemble, d’autres se tiennent à distance ou s’évitent. »

Quand tu tombes vraiment dans une chouette entreprise, tes collègues vont devenir tes supers potes

 

« Il arrive que 2 chevaux ne se supportent pas au point qu’il faille les séparer. »

… ou tes super ennemis.

 

Et niveau hiérarchie, comment ça se passe ?

« Un cheval dominant aura  de meilleures conditions de vie qu’un cheval dominé, car il sera le premier à boire, manger  la  meilleure  herbe, ou  avoir le meilleur endroit pour se reposer. »

Ton boss mange tous les jours au resto alors que toi t’attends qu’il parte pour sortir ton tupperware et pouvoir te poser à la salle de repos.

 

« Un cheval subordonné ne peut entrer dans l’espace  personnel d’un  dominant sans y avoir été autorisé, et toute invasion de cet espace entraîne une réaction agressive de la part du dominant. »

Il ne faut jamais oublié de toquer à la porte du bureau du boss sous peine de se prendre une méga soufflante, même si lui il ne se prive pas de rester 15 plombes derrière ton ordi en train d’espionner ce que tu fais.

« Les chevaux essaient  constamment  d’améliorer  leur  position, par des jeux de forces qui tournent souvent en morsures, ruade et blessure, et ce, tant que la dominance-soumission n’a pas été déterminée. »

Tu auras toujours des collègues pour te tirer dans les pattes qui essayeront de t’écraser pour décrocher une promotion. Pour le coup, les morsures, ruade et blessure peuvent t’être vraiment utiles.

« Le statut social d’un individu n’est pas fixe et peut changer tout au cours de sa vie. C’est la raison pour laquelle il faut être prudent quant à l’introduction d’un nouvel individu dans un groupe, car un cheval « dominé » peut prendre une place de « dominant » et inversement. »

Il ne faut pas oublier que tu n’es qu’en CDD, il faut donc que tu sois exemplaire et surtout très prudent si tu ne veux pas te faire cramer ta place. Reste donc bien sur tes gardes quand un nouveau/une nouvelle se pointe.

 

Finalement, la hiérarchie chez les chevaux n’est peut-être pas qu’un truc que tu lis dans un vieux livre poussiéreux au rayon Equitation de Decath’; il se peut d’ailleurs que tu le vives tous les jours … et que ça ne te plaise pas. C’est peut-être le moment de changer tout ça ?

 

Sources :

Commentaires 3

  1. Oui, l'homme et la femme ne sont que des animaux, sociables certes, mais des animaux.... Anaïs, votre texte colle tout à fait avec ce qu'il se passe dans l'écurie et dans le pré, et aussi.... dans l'entreprise et à la cantine!! Pas de grandes différences en fait, les uns à quatre sabots, les autres à deux pieds.... Et ensemble, on se domine, on s'observe, on s'aime un peu beaucoup à la folie pas du tout!!!
  2. Il me semble toujours très dangereux de comparer des salariés a des animaux. Ca déshumanise et c'est degradant, surtout pour les animaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *